FAISAL Mário

ARTPULSION : Regard d'un couple de collectionneurs
Actuellement . 14 . oeuvres

FAISAL Mário

FAISAL Mário
 
Signature de FAISAL Mário
 
Document sans-titre

Mário Faisal:compositeur

Mário Faisal – l’artiste et ses arts

Mario est un artiste à plusieurs visages, un compositeur dont les chansons furent interprétées par d’imposantes voix dans le monde de la musique brésilienne. Il est un précurseur, militant social, un artiste à plusieurs dimensions à haute dose de dopamine.

Mário Faisal [Ibitinga - São Paulo, 1937] compositeur, pianiste et peintre, s’érigea comme une figure importante de la période Jovem Guarda (Jeune Guarde). au Canal 9 de São Paulo [Excelsior] Mario faisait part d’un programme qui était l’expression de ce mouvement de Jeune Guarde et cette participation en était comme le fil conducteur du programme. A l’émission inoubliable de Peneira Rhodine [ Rádio Cultura – Av São João – São Paulo] destinée à faire connaître au public de jeunes talents, Mario fut applaudi à interpréter Carinhoso (doux) de Pixinguinha. Quelques années plus tard il était lui-même à la table des jurés du programme Chacrinha, icône de l’âge d’or de la télévision. En 1972, Mario participa du filme ‘As Mulheres Amam por Conveniência' (Les femmes aiment par convenance) de Roberto Mauro.

De retour à la musique : le prestigieux maestro Portinho signait, dans les années 60, l’arrangement des paroles de chansons de Faisal qui écrivit aussi pour l’enfance. Le groupe Os Caçulas (Les Cadets) composé de quatre enfants Gilberto, Vera Lúcia, Alvinho et Yara chantèrent, en 1967, ‘Pic Nic’ qui devint un succès. Cette même hit-chanson serait interprétée par Wanderlei Cardoso en 1968 qui la fait connaître au grand public dans son album 'O Bom Rapaz' (Le bon Jeune homme). toujours en 1967, une sélection intitulée 'Os 12 Brasas' (Les 12 Braises) pressente une autre composition de Faisal : 'Estou só' (je suis Seul). interprétée par Arturzinho, 'Estou só' devint un succès à cote d’une deuxième chanson écrite par Faisal, 'Não Toque Este Long Play' (Ne jouez pas ce Long Play). Par la suite, les compositions de Faisal seront interprétées par des grands noms de la musique brésilienne, à noter Sérgio Reis avec ‘Eu te Amo Tanto' (comme je t’aime), en 1968. Le chanteur Célio Roberto, aussi appelé le Gitan, interpréta 'Olha eu Aqui' (Me voici), et Leila Silva 'Céu Sem Estrelas' (Ciel sans Étoiles). en 1970, Nilton César prêta sa voix à 'Eu te Sigo' (je te suis), encore un succès faisalien, dont la mélodie s’approchait du « fado » (chanson portugaise douloureuse et triste), ce qui pourtant l’éloigna du goût du public brésilien. En Portugal, au contraire, cette chanson (Eu Te Sigo/je te suis) garantissait à Nilton César sa place parmi les grands chanteurs. Dans les années 80, Nancy Sinatra, fille du légendaire Frank Sinatra, interpréta ‘Pic-Nic’ qui serait désormais chantée à l’autre cote du continent. Á la fin des années 70, Mário Faisal se retire de la scène artistique.

Arts Plastiques

Dès sa formation en Beaux Arts à Escola Paulista de Belas Artes [1954 - 1958], Faisal a cherché à imprégner ses oeuvres, non seulement de couleurs et nuances fortes, mais aussi de militante pour les causes sociales. Aujourd’hui, les 70 ans passés, Faisal reste toujours un militant fiévreux et frénétique de l’art. Ses amis peintres l’appelle « Das Cores » (celui des Couleurs). Son style effleure plusieurs genres, de l’académisme à l’abstrait, du surréalisme à l’impressionnisme. S’il aime Picasso et Cezanne particulièrement, il veut, pourtant, que son inspiration vienne d’un seul lieu : ses expectatives frustrées en raison de l’injustice sociale, sa révolte contre les autorités qui toujours font les sourds face aux cris des déshérites. C’est lá toute sa force motrice, toute sa façon à lui de mélanger les couleurs, d’étendre sur toile une excentrique spontanéité. Cette originalité lui valut des prix nationaux et internationaux. Ses travaux figurèrent dans des collections comme celles de João Batista Figueiredo, ex-président de la République e Júlio Iglesias. Ce peintre reconnu par le Dictionnaire de Artistes de Júlio Louzada, le « Drouot » brésilien, et qui dans le temps fréquenta l’atelier de Berenice Florshein [1979-1981] et la Fondation Mokiti Okada, veut que son esprit soit toujours en ébullition, qu’il soit toujours capable de transformer les conflits en lui et autour de lui en création. Sa journée pittoresque est loin d’aboutir à sa fin, Mario continue son chemin, causant avec des divinités, anges et archanges, dieux ailés et terribles rapaces. ´Rien ne se fait par hasard’ affirme Mario ‘quand on fait ce qu’on fait avec plaisir, on se rend compte que tout a sa raison d’être’.

Semaine d’Art Moderne, 1982 – Université de São Paulo

Salon d’ Art Contemporain – 1987

Exposition Banque du Brésil – Trianon - 1992

Médaille d’Or – Salon Leonístico , São Paulo

Trophée Gouverneur de l’État de São Paulo, Salon casa Branca

Médaille d’Or et d’argent à l’Exposition d’Art Contemporain de Lisbonne, Portugal -1985


Editing
Accueil
Liste des Artistes
Le BLOG d'ARTPULSION
A propos d'ARTPULSION

DEDALUSWEB

Sitemap

FAISAL Mário