BOUQUETON Marcel

ARTPULSION : Regard d'un couple de collectionneurs
Actuellement . 1 . oeuvres

BOUQUETON Marcel

BOUQUETON Marcel
 
Signature de BOUQUETON Marcel
 
Document sans-titre

Marcel Bouqueton est né le 18 septembre 1921 à Constantine (Algérie), décédé à Fayence le 11 août 2006.

Peintre, pastelliste. Abstrait, puis figuratif. Il fut élève de l'École des Beaux-Arts d'Alger, de 1938 à 1942, où il se lia avec Marcel Fiorini, Maria Manton, Louis Nallard. En 1940, il fit sa première exposition avec Nallard. De 1942 à 1945, il fut mobilisé et passa deux années en Angleterre. En 1945-1946, il fut élève de l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. II quitta définitivement l'Algérie en 1953, s'installa d'abord à Saint-Germain-en Laye, où il se lia avec Roger Chastel, puis à Paris. En 1954, il réalisa deux peintures murales encore à Alger. En 1956, il obtint une bourse de la Fondation Fénéon, Roger Bissière et le critique Roger Van Gindertael commencèrent à s'intéresser à son travail. De 1958 à 1968, la Ville de Paris a acquis plusieurs de ses peintures. En 1962 il a exécuté un carton de tapisserie pour les Ateliers de l'Île-de-France. En 1965, l'État a acquis la peinture Le Grand Secret. En 1966, il fut fait chevalier des Arts et Lettres. De 1969 à 1986, il fut enseignant-plasticien à U. P. 8 (Unité Pédagogique d'Architecture n° 8). A partir de 1946, il participe à des expositions collectives: 1952-1953 Salon d'Octobre à Paris ; 1956 Salon de Mai et Salon des Réalités Nouvelles où il figura annuellement depuis ; 1961, 1962, 1963 Ligne 4 patronnée par R. Van Gindertael; 1976 à la Galerie Ariel de Paris 65 peintres et sculpteurs témoignent leur amitié à Roger Van Gindertael; etc.

Il montre aussi sa peinture dans des expositions personnelles Alger 1953; Paris 1960,1961,1962,1966,1981,1988; au Centre Culturel Algérien de Paris 1989; Lausanne 1962; Amiens 1967; au château-musée de Nemours 1978; au Centre Culturel Français de Marrakech 1980; 1996 Paris galerie Robert Martin ; etc. Après les travaux d'apprentissage des techniques et du processus créateur des années d'Ecoles des Beaux-Arts, ce fut en 1952 que Bouqueton se rallia à l'expression abstraite "par le biais de la représentation humaine très épurée". Dans son cas, son abstraction du début des années cinquante, sans être vraiment géométrique, était pourtant constituée de formes très rigoureuses, déterminées par l'entrecroisement de tracés volontaires, les couleurs en aplats, des gris jusqu'aux noirs qu'excite un rouge, remplissant les surfaces inscrites. Dans ses années soixante, au contraire, il se déprit totalement de ces tracés rigoureux pour recouvrer, dans le contexte de ce que Michel Ragon nomma naguère le « paysagisme abstrait », la sensualité de la touche impressionniste, des beaux empâtements onctueux et de la lumière méditerranéenne suggestive et dorée. À la fin de ces années soixante, certaines de ces peintures, encore abstractisantes, encore matiéristes-informelles, recréent, identifiable, "l'espace de la nature morte". Enfin, à partir des années soixante-dix, Bouqueton est revenu à une figuration totalement revendiquée, mais qui ne reniait pas l'expérimentation abstraite, se confortant au contraire de ses disciplines. D'ailleurs, de cette actuelle période figurative, Bouqueton précise lui-même que le thème occasionnel, objets, figures, le plus souvent personnages en situation, n'est que secondaire, qu'il n'est pas préconçu, mais apparaît et se précise en cours de l'élaboration du fait plastique en tant que tel. Ce qu'on peut être tenté de risquer en guise de conclusion, c'est, par delà toute considération, péjorante sur l'abandon de l'abstraction ou laudative sur la reconquête de la figuration, que Marcel Bouqueton semble être plus pleinement lui-même quand, à propos d'indications elliptiques dénotant des natures-mortes fruitières ou des groupes de personnages animés, mieux qu'à partir de formes abstraites il y a motif à faire régner la lumière, avec sa chaleur, ses rouges et ses ors, ses bruits et ses odeurs, qu'il a dû laisser avec ses souvenirs au rivage de son enfance.

Jacques Busse

BIBLIOGR.: Roger Van Gindertael: Catalogue de l'exposition Marcel Bouqueton, Galerie Domec, Paris, 1961 - Jean-Bernard Roy: Catalogue de l'exposition Marcel Bouqueton, châteaumusée de Nemours, 1978 - J.M.B.: introduction à l'exposition Marcel Bouqueton, Centre Culturel Français, Marrakech, 1980-Lydia Harambourg, in : L'École de Paris, 1945-1965. Diction. des Peintres, Ides et Calendes, Neuchâtel, 1993

(Benezit 1999)


Editing
Accueil
Liste des Artistes
Le BLOG d'ARTPULSION
A propos d'ARTPULSION

DEDALUSWEB

Sitemap

BOUQUETON Marcel