ACKERMAN Paul

ARTPULSION : Regard d'un couple de collectionneurs
Actuellement . 14 . oeuvres

ACKERMAN Paul

ACKERMAN Paul
 
Signature de ACKERMAN Paul
 
Document sans-titre

Paul ACKERMAN est né le 17 septembre 1908 à Jassy (Roumanie). Mort en 1981.

Études au Lycée Charlemagne, puis dans les Facultés de droit et de Lettres de Paris, où il était arrivé avec sa famille à l'âge de quatre ans. Avant la guerre de 1939, il fréquente l'Atelier Fernand Léger, et fin 1940, il se lie d'amitié avec Bonnard. Fait prisonnier à la guerre, il reprend la peinture à son retour de captivité. A partir de 1947, il expose à Paris, Londres, Francfort Montréal, Québec... En 1950 il remporte le premier Prix Pacquement. Suivent alors de nombreuses participations à des expositions collectives, ainsi que des expositions personnelles notamment à la Galerie Creuze et au Musée Galliéra. Déjà derrière ses premières gouaches, ses tableaux de fleurs, on devine la lecture de certains textes ésotériques, bien qu'Ackerman ait affirmé : « Je n'ai été guidé par rien, je ne sais d'où ces images ont surgi, ni pourquoi je les ai faites. » La critique en accord a classé Ackerman avec les abstraits des années cinquante. Avec le recul on est amené à moduler ce jugement. Si l'aspect formel superficiel paraît en effet appartenir aux expressions abstraites du moment, un regard plus appuyé ne tarde pas à identifier la réalité concrète inspiratrice. Ainsi d'ailleurs qu'en témoignent les titres : Mer de Chine - Le soleil bleu - Le fétiche - etc. En conclusion de cette période dite abstraite, il produisit une suite de peintures en relief sur polystyrène compensé. Après quoi il revint résolument à la figuration, avec des séries telles que : Ombres et lumières de 1962 à 1964, Quelques instants de la vie de Rembrandt..., peintures en clair-obscur, procédé qui caractérise pratiquement toute son oeuvre, aussi bien la période abstraite que la figuration des compositions à personnages dont souvent les titres seuls évoquent le climat psychologique : Veillée poétique -Méditation - Couple vers le soir. Sa propension à l'ésotérisme s'était confirmée, vers 1965, avec sa rencontre de " l'Agartha", ainsi défini par René Guénon dans Le roi du monde : « Monde souterrain étendant ses ramifications partout sous les continents (...) et par lequel s'établissent d'invisibles communications... » Ackerman se voyait, malgré lui, contraint de rendre visible ce monde jusqu'alors invisible : « Je ne dis pas : voilà ce que je vais faire, mais, une fois la chose faite je me demande ce que j'ai voulu faire. » Sa peinture relève d'une métaphysique, où tout revêt un sens symbolique ou cosmogonique • Jacques Busse

BIBLIOG : Divers : Catalogue de la vente Ackerman, Nouveau Drouot, Paris, 1984 - divers : Catalogue de la vente Ackerman Nouveau Drouot, Paris, 29 fév. 1988 - Lydia Harainbourg, in : L'École de Paris 1945--1965, Ides et Calendes, Neuchâtel 1993. Paul Ackerman Ed. Mayer 1987.

MUSÉES : KASSEL - PARIS (Mus. Nat. d'Art Mod) - PARIS (BN) - RINGUNG (Etats-Unis).

( BENEZIT 1999).

Voir aussi le blog : http://jcr391.blogspot.com/


Editing
Accueil
Liste des Artistes
Le BLOG d'ARTPULSION
A propos d'ARTPULSION

DEDALUSWEB

Sitemap

ACKERMAN Paul